Le chardon et le plastique biodégradable

le chardon et le plastique biodégradableLe chardon est considéré comme une plante envahissante.  Quand elle s’installe quelque part, on a beaucoup de mal à s’en dépêtrer.  Cette mauvaise herbe va nous débarrasser du pétrole et de ses dérivés destinés à la fabrication des sacs en plastique. C’est une plante qui possède la qualité de ses défauts et on va savoir pourquoi …

 

LE CHARDON REMPLACE LES PLASTIQUES ISSUS DU PÉTROLE

En Sardaigne, à Porto torres, s’est installée une bio-raffinerie dont le chardon à remplacé le pétrole, cultivé sur des centaines d’hectares dans la campagne proche. Nous sommes sur le site de Matrica, la plus grande raffinerie biochimique d’Europe ; une société pionnière dans le domaine des bioplastiques à base de végétal, 100% biodégradables.
Cette raffinerie d’un type nouveau est l’aboutissement d’une quinzaine d’années de recherches. Les biochimistes ont  travaillé sur la plante optimale à utiliser, la capacité de sa graine à produire une huile aux propriétés similaires à celles du pétrole et dans des conditions économiques acceptables.  La transformation, le processus de raffinage proprement dit jusqu’au matériau final : le Mater-bi.

REGARD POSITIF SUR LE CHARDON

Le chardon est une plante endémique de Sardaigne. Mais pourquoi le chardon ? il faut arrêter d’utiliser les plantes alimentaires comme le mais, tournesol, canne à sucre etc.. pour fabriquer des bioplastiques. En France, le chardon n’interesse personne . Considérée comme une plante nuisible à cause de sa forte prolifération, c’est la graine qui intéresse les biochimistes. Elle produit de l’huile, moins que le tournesol, mais la recherche agronomique devrait permettre d’améliorer les rendements. Un avantage pas négligeable ; sa durée de vie est de 5 à 6 ans. La graine a déjà été améliorée sans recours aux OGM. La plante mesure 3 mètres et on  exploite fièrement  :
– sa graine pour l’huile
– sa farine pour les moutons qui en raffolent
– ses tiges et ses feuilles (transformées pour produire l’énergie nécessaire au fonctionnement de la raffinerie)
 
Une économie circulaire : la valeur énergétique de la plante est exploitée et les matériaux issus de la raffinerie retourneront à la terre.

SOLS INGRATS, LE CHARDON ADORE

Pour la culture du chardon, il n’y a pas de concurrence avec la culture vivrière. Celui-ci s’installe sur des sols délaissés, pauvres et dépourvus d’engrais.

AUTRES UTILISATIONS DU CHARDON

Le master-bi est la base du bio-plastique, après transformation du chardon qui va remplacer avantageusement :
les films de paillage agricoles
– les plastifiants
– les additifs pour pneus
– les biolubrifiants
– les peintures
– les détergents
– les composants cosmétiques etc..
 
Aujourd’hui, l’essentiel de la production est consommée en Italie.
D’autres plantes, dites « industrielles » comme le ricin,  le saule, ou le crambe, vont progressivement remplacer les dérivés du pétrole. Toutes ces plantes sont biodégradables et biocompostables.
source: le journal de l’énergie
 

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *