La pluie : son eau est pleine d’énergie pour les plantes – Électroculture

L'eau de pluie et l'électroculture - les doigts fleuris
Souvent dans les écrits, il est relaté que l’eau de pluie est meilleure pour arroser les plantes. L’argument majeur est que l’eau n’y est pas traitée. Donc par déduction, elle n’est pas chargée en produits nocifs pour la santé des plantes. Mais, on nous dit pas tout…

Les courants d’air…

Imaginons que l’électricité statique, en suspension dans l’air, se déplace. On obtient alors des courants électriques. De même, la pluie, la neige ou la grêle sont également chargées électriquement. Ces flux sont des sources de courants
électromagnétiques
avec des charges en mouvement. Même infime, leurs déplacements ont un effet dynamo. Ce mouvement produit une force électromotrice et génère des champs et des courants électriques. C’est cette conclusion que relatent les Académies des Sciences Américaines dans The Earth’s Electrical Environment, un ouvrage de référence paru en 1986.

Il n’y a pas que de l’eau dans la pluie…

Des observation faites au Puy-en-Velay et à Dublin ont constaté une alternance des pluies positives et négatives.

Les pluies positives sont les plus fréquentes. 85% des pluies examinées se sont révélées positives. Constat similaire en termes de charges électriques recueillies: positives à 65% et négatives à 35%.

Plus elles sont abondantes, plus elles sont positives. De même, une pluie à grosses gouttes est toujours positive tandis qu’une fine est toujours négative.

Dans les pluies ordinaires, chaque goutte peut contenir de 400 millions à 1,1 milliard de charges élémentaires. Et jusqu’à 16,2 milliards de charge élémentaire par goutte d’eau d’une averse orageuse. Ainsi, une compréhension éclairée permet des gestes justes pour les plantes !

La pluie, les Menhirs et la Bretagne…

Mais, une question me taraude. En Bretagne, la pluie dominante est le crachin. Cette pluie fine vous pénètre au plus profond des os… C’est une amoureuse de la Bretagne qui parle, que les choses soient claires 🙂 Donc cette pluie fine qui coulent souvent dans le ciel de Bretagne est négative, d’après les conclusions vues plus ci-dessus. Et si les Menhirs (gros cailloux dressé vers le ciel) faisaient un travail pour compenser l’énergie de la pluie négative ? Une grande question… Mais pourquoi pas, les Menhirs sont comme des antennes qui captent les énergies. De ce fait, équilibreraient-ils la pluie fine pour rendre le tout neutre ? Que celui qui à la réponse la partage dans les commentaires.

En tout cas, lorsque je me rends dans ma chère Bretagne, mon ressenti me donne à réfléchir et à décortiquer la question. Dès que je me promène dans cette région, je sens comme une grande tristesse. L’architecture est très belle, mais massue et grise. Malgré cela, en aucun cas cela me dérange. Avant de comprendre les flux énergétique que peut dégager la pluie, je n’arrivais pas à comprendre ce ressenti. A présent, je me dis que cette pluie fine négative dégage dans l’air une atmosphère que j’interprète comme triste.

Comme quoi, il y a toujours une réponse à un ressentie quelque part. Le tout est de trouver ce « quelque part » .

Extrait du livre « Électroculture et énergies libres » de Maxence Layet et Roland Wehrlen.

Comments

comments

Cet article comporte 0 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *