Début mars, le réveil des hérissons !

Astuces jardin - Le hérisson sort de son hibernation - Les doigts Fleuris

Mes charmants hérissons , Eric, Hervé et Benoît, viennent de se réveiller avec les beaux jours. Ils s’étirent, déploient leurs pattes et affutent leurs piquants pour la belle saison…

Mes petits protégés reprennent du service au jardin. A la sortie de l’hibernation, 30% de leur poids se sont envolés. Du coup, manger est leur préoccupation première et primordiale.

Dévorant goulument tout ce qui leur tombent sous le nez, pour le plus grand plaisir de la propriétaire du lieu, qui n’est autre que moi. Pour les encourager dans leur œuvre, je leurs ai concocté de bonnes et délicieuses croquettes et des fruits. Ah! Il faut bien ça pour honorer leur réveil et la reprise du travail nocturne. Des petits travailleurs alliés du jardin,  avec des minois aussi mignon, se tuant à la tâche avec acharnement jusqu’au lever du jour. Ça vaut bien un dessert en guise de remerciement !

Ils ont besoin de refaire leur masse graisseuse, source d’énergie, qui leur permet de survivre si un coup de froid reprend du service.

C’est toujours avec la même joie que je retrouve mes petits pointus. Je vais les voir tous les soirs, j’adore quand ils sont à table devant leur gamelle, les trois alignés. Ça me fait toujours autant marrer, c’est tellement craquant ou piquant !!!

A LIRE AUSSI: Le hérisson, un partenaire de choix dans votre jardin !

Dès que je déambule dans les massifs, avec ma lampe de mineur pour les observer, se mettre en boule n’est pas leur priorité. Ils me dévisagent, me scrutent avec minutie et je devine par leur comportement qu’ils doivent se dire « on l’a connait celle là… même pas peur ! Elle nous fait des bons petits plats ! Faisons piquant de velours avec elle ! »

Oui, je discute avec eux aussi, parole d’hérissons ! Ils font des petits bruits en guise de réponse, je suis entièrement satisfaite de ce bel échange. Il m’en faut peu pour être heureuse 🙂

Savez-vous que les hérissons poussent des bruits de grognements, comme des petits cochons. La première fois que je les ai entendu dans mon jardin, j’ai cru à une plaisanterie de mon mari, « Tu as ramené Peggy La Cochonne au jardin ? ». Ne comprenant pas ma question, il m’a accompagné au jardin pour élucider le mystère de ce bruit étrange…

Finalement, on a découvert trois hérissons, placés en cercle, grognant à tue-tête, tous les piquants au taquet… Mes yeux étaient plus ronds que d’habitude tellement j’étais ébahie. C’était les répétions d’un concert éminent : « hérissons-nous pour la paix! » »  Je plaisante !

A vrai dire,  ils essayaient tout simplement de s’intimider, encore une histoire d’ego…. C’est celui qui va crier le plus fort et montrer son muscle vocale le plus performant qui gagnera. De la frime, toujours ce besoin vital de montrer qu’on est plus fort que l’autre… Pour finir les humains et les animaux, c’est kif-kif bourricot.

Ce concert terminé, les chanteurs ont vaqué à leurs occupations favorites: recherches d’escargot, de limaces… et la groupie est allée dans les bras de Morphée. Nous n’avons pas le même rythme !

Comments

comments

Cet article comporte 0 commentaires

  1. J’ai déjà vu des bébés hérissons, qui suivaient leur maman, mais là, si petits, avec déjà des épines, on dirait des châtaignes. trop choux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *