L’oiseau jardinier cultive sa décoration d’intérieur !

L'oiseau jardinier cultive sa décoration d'intérieur- Les Doigts FleurisL’oiseau jardinier, on savait pour conquérir les femelles, sait faire passer sa demeure pour plus grande que ce qu’elle n’est en réalité, en maitrisant certaines illusions d’optiques… Mais ses talents de séducteur ne s’arrêtent pas là et son nom fait directement référence à une autre activité qu’il est le seul avec l’homme à pratiquer dans le même but… il jardine pour décorer.

L’OISEAU JARDINIER UN VRAI DÉCORATEUR

Le succès sexuel de l’oiseau Jardinier mâle tacheté (Chlamydera Guttata) dépend de ses compétences en jardinage. Dans son coin de forêt, où il se donne en représentation à ses partenaires, il cultive un petit arbuste appelé la « tomate du bush » (Solanum ellipticum) dans les parties arides de l’Australie, avec des fleurs pourpres et des fruits verts.

Il n’est pas admis si ses actions sont délibérées ou effectuées par inadvertance, mais il est clair qu’il ne mange pas ce fruit. Sa récolte est là pour lui fournir des décorations, rendre son temple encore plus attrayant pour une femelle. Mis à part les humains, l’oiseau jardinier tacheté est le seul animal qui fait pousser une plante à d’autres fins que pour s’en nourrir.

Les oiseaux jardiniers sont, à la fois, de doués architectes et des décorateurs d’intérieur. Les mâles construisent des structures complexes appelées tonnelles ou berceaux, qu’ils utilisent comme des arènes de parade nuptiale. Ils décorent leurs créations avec des objets trouvés et chaque espèce a sa propre préférence excentrique.

L’OISEAU JARDINIER AIME LA COULEUR

Le jardinier satiné aime les objets bleus. Le jardinier brun, préfère un mélange de fruits, de parties d’insectes, de feuilles et autres, tant qu’ils sont bien disposés. Le jardinier tacheté préfère les objets verts et blancs et il a une préférence en particulier pour les fruits. Il les place sur l’avenue menant à sa tonnelle et il danse avec quand une femelle arrive.

Alors que la plupart des oiseaux jardinier fourragent pour leurs décorations, le jardinier tacheté fait pousser la sienne.

Joach Madden (Université d’ Exeter, Angleterre) a étudié une population de ces oiseaux dans le Parc National Taunton, en Australie. Il a constaté que les mâles ne construisent pas leurs berceaux dans des endroits où il y a déjà beaucoup de tomates du bush. Au lieu de cela, la plante devient plus fréquente lorsque les mâles s’y installent, en la quadruplement dans un rayon de 10 mètres.

Tout en observant les oiseaux, Joach Madden n’en a jamais réellement vu manger le fruit et il n’a jamais trouvé les graines de la plante dans les excréments de l’oiseau. La tomate du bush est purement pour l’attrait visuel. Plus un mâle jardinier est “fruité”, plus il obtiendra de faveurs sexuelles. Un mâle restera dans le même berceau pour un maximum de 10 ans, de sorte qu’il est avantageux pour lui d’avoir un approvisionnement continu d’ornements.

Il s’agit d’un double arrangement. La tomate du bush pousse bien, dans le temple du jardinier, parce qu’elle fait face à moins de concurrence des autres plantes. L’oiseau débarrasse le sol de son antre des feuilles et autre détritus avec méticulosité, pour laisser un plancher nu, l’habitat idéal pour une graine de tomate du bush.

Ainsi, la relation entre l’oiseau jardinier tacheté et la tomate du bush ressemble plus à une symbiose. En effet, Joach Madden pense que le travail de l’oiseau pourrait changer le fruit. Les tomates du Bush, près des berceaux, ont un aspect différent de celles de sites aléatoires. Elles sont moins fortement colorées et elles ont une teinte légèrement verte, des traits qui sont particulièrement attrayants pour les oiseaux. L’oiseau et la plante évoluent ensemble.

En regardant les photos ci-dessous, comment ne pas y voir un symbole de l’omniprésence de l’homme dans la nature ? Jusqu’à ces dernières années, ces oiseaux utilisaient comme objets de décoration des feuilles d’arbre d’un rouge éclatant, des baies d’un bleu lumineux et d’autres éléments puisés dans la nature. Désormais, certains d’entre eux remplacent en partie les éléments naturels par ceux provenant de l’activité humaine (film plastique, emballages etc..) leur attribuant une esthétique loin d’être sans intérêt…

L'oiseau jardinier - Les doigts fleuris   L'oiseau jardinier - Les doigts fleuris  
 

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *